L’approche humaniste-existentielle

Mesures préventives COVID-19 →

L’approche humaniste a été introduite dans les années 1940 aux États-Unis. Elle peut être attribuée à Abraham Maslow comme le père fondateur, mais au fil du temps est devenue étroitement liée à Carl Rogers. L’approche humaniste et existentielle se distingue des autres modèles thérapeutiques en incluant l’importance de l’expérience subjective du client, ainsi que le souci de la croissance positive plutôt que la pathologie. Alors que les mots clés de la psychothérapie humaniste sont l’authenticité, l’empathie et la considération positive inconditionnelle, les grands thèmes de la thérapie existentielle sont la responsabilité et la liberté du client.

Les approches humanistes et existentielles partagent la conviction que les clients peuvent travailler à une prise de conscience et choisir : cependant, elles diffèrent dans leurs points de vue théoriques. La perspective humaniste considère la nature humaine comme fondamentalement bonne, avec un potentiel de maintenir des relations significatives en bonne santé et de faire des choix qui sont dans le meilleur intérêt de soi et des autres. Les psychologues humanistes amènent leurs clients à se libérer des hypothèses et fonctions qui pourraient les empêcher de vivre plus amplement une vie comblée. Les psychologues encouragent et mettent en évidence la croissance et la réalisation de soi, tandis que d’autres maintiennent que les clients ont une capacité d’autonomie et de responsabilité. Pour les psychologues humanistes, ne pas être véritablement soi-même est la source des problèmes.

L’existentialiste, d’autre part, est plus intéressé à guider et accompagner les clients dans leur quête d’un sens philosophique alors qu’ils font face à l’anxiété. Cela se fait en explorant l’importance du choix et d’agir de manière authentique et responsable face à leur propre bonheur, toujours à construire. Selon la psychologie existentielle, les problèmes fondamentaux auxquels les clients font face sont enracinés dans l’anxiété face à l’isolement, la solitude, le désespoir, et, éventuellement, la mort. Les psychologues existentiels sont d’avis que les problèmes des clients sont reliés à leur difficulté à utiliser leur jugement ou à faire des choix pour donner du sens à leur vie. Lorsque les influences extérieures de la vie peuvent jouer un rôle dans la limitation de la capacité des clients à effectuer des choix, les psychologues existentiels et les clients doivent faire face à ces influences pour aller de l’avant.