Psychothérapie pour adultes avec syndrome d’Asperger

Paul Maurice, président et directeur du CCPE

Le syndrome d’Asperger fait partie des troubles du spectre de l’autisme (TSA)* qui est caractérisé par une difficulté importante du fonctionnement social et affectif avec des comportements répétitifs et stéréotypés. Cependant contrairement à d’autres personnes sur le continuum des symptômes de l’autisme, les aspergers n’ont pas de limitation significative du fonctionnement intellectuel ou du langage.

Évaluation

Bien que les racines du syndrome se situent dans l’enfance, souvent ce n’est que plus tardivement, à l’adolescence ou lorsque la personne est jeune adulte, qu’un diagnostic formel est posé. Ceci est explicable par le fait que plusieurs symptômes sont relativement légers et que l’enfant peut cheminer à travers les cursus scolaire, même si leur développement socioaffectif ne suit pas le même rythme que celui des autres enfants. Une famille attentionnée permet de soutenir le jeune à travers sa vie. Cependant, à l’adolescence, lorsque  celui-ci cherche une plus grande autonomie de sa famille ou se retrouve confronté à des environnements sociaux plus exigeants comme le Cegep, l’université ou le milieu de travail, des dysfonctions peuvent  apparaitre. Une manifestation fréquente est le repli sur soi avec des activités très restreinte (par exemple le syndrome de l’adolescent qui passe ses journées à l’ordinateur).

Asperger : une terminologie du passé?

Depuis que le DSM-5** a été publié, un changement terminologique est survenu. Au lieu de distinguer quatre ou cinq catégories de trouble envahissant du développement (TED)*** on y décrit une gradation de l’intensité des symptômes sur un continuum. Ainsi l’appellation de syndrome d’asperger a disparu au profit d’une spécification «sans déficience intellectuelle» et «nécessitant du soutien» par opposition à nécessitant un soutien substantiel ou très substantiel.

Cependant, un certain nombre d’auteurs et les personnes ayant déjà le diagnostic peuvent contester la perte de cette appellation.

Psychothérapie auprès des personnes avec un syndrome d’asperger

Les adolescents et les jeunes adultes aspergers peuvent bénéficier d’une psychothérapie. Ceux-ci ont les capacités mentales pour interagir avec un psychologue spécialisé dans ce traitement. Notamment mis en pratique au Québec par Dr Normand Giroux, ce traitement spécialisé est basé sur une approche dite des schémas cognitifs et comportementaux. Le traitement est très pratique et vise à faciliter l’adaptation du jeune adulte à son environnement familial et social, notamment dans le cadre des études et du travail.

Plusieurs psychologue au CCPE peuvent recevoir ces personnes en thérapie et ont suivi la formation spécialisée donnée par Dr Giroux.

 

* TSA en anglais est ASD Autism Spectrum Disorder

** DSM-5 Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders (Manuel de classification des troubles mentaux publié par l’American Psychiatric Association, 5e édition, 2013)

** TED en anglais est le PDD Pervasive Developmental Disorder

_______________________________

À propos de l’auteur: Paul Maurice, D.Ps., est président et directeur du CCPE. 

3 réflexions au sujet de “Psychothérapie pour adultes avec syndrome d’Asperger”

  1. Je trouve que la pratique thérapeutique brièvement décrite ici confond thérapie et éducation. De mon point de vue, la thérapie vise une libre expression des sentiments et émotions pour mettre en lumière nos difficultés, alors que l’éducation, dans ces cas-ci, vise l’apprentissage de comportements socialement adéquats et/ou l’affinement des techniques de communication conventionnelles. Les autistes savent s’exprimer de façon non-verbale et donc une écoute active silencieuse et bienveillante peut les aider. Seulement, la plupart des thérapeutes ne sauront pas de quelle façon ils auront aidé leurs patients, mais est-ce si important? Les personnes neurotypiques ont le droit de choisir s’ils veulent une thérapie ou s’ils souhaitent s’éduquer, pourquoi ne pas offrir ce même choix aux autistes? (Et de mon point de vue, cela s’applique aussi aux autistes de bas niveau qui sont rarement déficients intellectuellement)

    Répondre
    • La variété des approches en psychothérapie est très grande. Je dirais tout de même que la plupart des approches utilisent une dose variable d’«éducation psychologique» dans le processus clinique.

      Après plus de 25 ans de discussions, les psychothérapeutes au Québec se sont entendus sur une définition de la psychothérapie et sur d’autres interventions qui ne sont pas de la psychothérapie.

      https://www.ordrepsy.qc.ca/web/ordre-des-psychologues-du-quebec/pratique-vous-la-psychotherapie

      Un dernier commentaire. La plupart des psychothérapeutes utilisent une démarche adaptative, c’est-à-dire qu’ils vont ajuster leur façon de faire aux besoins et réactions de la personne avec qui ils travaillent.

      Répondre
  2. bonjour,

    merci pour votre article.
    Vous parlez du changement de nomenclature du DSM V à propos des TED. Je trouve que c’est une problématique importante car elle soulève une part d’angoisse chez les personnes avec Asperger. L’idée d’une identité commune, qui crée un groupe de personnes ayant la même perception du monde, est important pour de nombreux individus avec Asperger.
    J’ai eu l’occasion de parler avec une psychologue travaillant avec des adultes Asperger, et il semblerait que ces derniers ressentent une perte d’identité, de lien communautaire, avec la perte de la dénomination d’Asperger.

    Répondre

Laisser un commentaire